Permaculture.

 

 

Meule de foin par Françoise Dallet.

Meule de foin par Françoise Dallet.

 

Retrouver l’intégralité de l’article en visitant le lien

http://www.permaculture-sans-frontieres.org

Dans cette page, vous pourrez avoir un aperçu de ce qu’est la permaculture et comprendre l’urgence devant laquelle l’Humanité doit réagir…Les choses paraissent simples et à la portée de tout le monde…Notre Monde fait tout le contraire en pillant notre terre alors que nous avons le savoir et la technologie pour vivre autrement…

« La permaculture (contraction de permanent et culture) est une science de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d’écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels

Le but de la permaculture est de créer, par une conception (design) réfléchie et efficace, des sociétés humaines respectueuses de la Nature et des Hommes.  Le terme a été défini dans les années 70 par Bill Mollison et David Holmgren. À l’origine, la permaculture s’est surtout focalisée sur les systèmes agricoles, car sans agriculture durable, il ne peut y avoir d’organisation stable. De là vient sans doute l’assimilation courante de la permaculture à une simple technique d’agriculture ou de jardinage, alors qu’elle concerne tous les éléments d’une société.

 

L’éthique de la permaculture :

Pour apporter un cadre de réflexion et d’action en accord avec son but, la permaculture se base sur une éthique, décomposée en trois grands principes :

  • Se soucier de la Terre

Prendre en compte le sol, la forêt et l’eau

Nous faisons partie d’un système plus vaste qui est la biosphère terrestre. Toute forme de vie est intrinsèquement importante, et chaque atteinte à la diversité génétique est une menace pour nous. Nos activités et lieux de vie doivent être en harmonie avec les écosystèmes locaux.

  • Se soucier de l’Homme

S’occuper de soi, de sa famille et de sa communauté

Les systèmes permaculturels visent à combler les besoins fondamentaux des Hommes dans un environnement permettant leur épanouissement. La coopération et la mise en commun sont deux axes clefs des relations humaines.

  • Partager équitablement

Limiter sa consommation, se reproduire avec sagesse, et redistribuer les surplus »

Extrait de l’article Rédigé par Nicolas le 12 octobre 2009.

Pour consulter l’article dans son intégralité, visiter le lien

http://madeinearth.wordpress.com/permaculture

 

 

« Une descente inéluctable : crash ou en douceur ?

Chateaubriand disait : « La forêt précède les peuples, le désert les suit. » Aujourd’hui, l’humanité est au pic du pétrole  et des énergies fossiles, mais aussi, au sens étendu, aux pics du climat, de l’eau douce, du sol, de la fertilité, des forêts, de la biomasse et de la matière organique, de la nourriture, de la santé, des métaux et des matières premières, du risque industriel et technologique… Alors, comment REDESCENDRE ? Comment notre espèce peut-elle dépasser la crise d’extinction qui la menace ?

La permaculture offre une vision holistique, heureuse et réaliste d’un avenir post-pic, une inspiration puissante et une méthode efficace pour anticiper notre DESCENTE afin de la rendre la plus harmonieuse et éthique possible.
Elle nous permet de passer de la dépendance non soutenable à la soutenabilité et la résilience locales.
Elle réconcilie enfin une très haute productivité avec l’amour et le respect des écosystèmes, de la biodiversité et du vivant.

 

 

Moisson par Le Disparu.

Moisson par Le Disparu.

 

 

La permaculture, c’est aussi la meilleure façon de…

  • Nous libérer progressivement du nucléaire et de notre dépendance aux énergies fossiles et autres technologies coûteuses et dangereuses (OGM, biologie de synthèse et autres bio-technologies, nano-technologies, gaz de schistes, pesticides et chimie de synthèse…) par une transition vers des systèmes réellement efficaces et soutenables (comme par exemple le scénario négaWatt : negawatt.org).
  • Stopper le biocide en cours (extinction massive des espèces vivantes).
  • Stopper la déforestation et le géocide en cours (effondrement des structures et systèmes vitaux fondamentaux de la Terre, incluant les océans).
  • Restaurer/conserver/sécuriser/étendre les écosystèmes sauvages et la biodiversité (notamment les forêts, les sommets et les fortes pentes, les mangroves et les littoraux, les ripisylves, les mers et les eaux de surface…).
  • Reverdir les déserts, reforester massivement la planète et augmenter rapidement et très significativement la pluviométrie des régions sèches (voir par exemple la vidéo de 3 min « How to repair the world » et la vidéo « Reverdir le désert »- pour afficher les sous-titres en français, cliquer sur le petit bouton « cc »).
  • Sécuriser la quantité, la qualité et la proximité de l’eau douce et de la nourriture pour tout(e)s.
  • Inverser le phénomène d’érosion des sols (et l’accumulation des sédiments d’érosion et des polluants dans les écosystèmes aquatiques).
  • STOPPER partout le changement climatique local et séquestrer de grandes quantités de carbone.
  • Maintenir partout notre empreinte écologique inférieure aux surfaces physiques disponibles, à la fois localement et globalement.
  • Minimiser le travail, l’énergie, la technologie, les échanges matériels, la consommation ; maximiser la productivité, l’intelligence, les liens sociaux, la solidarité, le partage, le bonheur.
  • Relocaliser l’activité, la production et la consommation.
  • Reconstruire les structures sociales.
  • Et finalement porter des sociétés d’abondance (en diversité, qualité et quantité), simples, soutenables, écologiques, égalitaires, heureuses et diverses, sur une Terre régénérée. »

Extrait de la synthèse qui est régulièrement complétée. Elle est réalisée par Éric Escoffier, Sylvaine Anani et Philippe Caillaud,des associations Les Mains Sages et Permaculture sans frontières.

 

 

Partager l'info !

    Les commentaires sont clos.